tribune

Accueil 9 Economie & Société 9 ZFE : faudra-t-il débaptiser Strasbourg ?
ZFE : faudra-t-il débaptiser Strasbourg ?

Je ne suis pas un opposant systématique à la Zone à faibles émissions (ZFE) instituée sur tout le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg. Je conçois que nos villes souhaitent un environnement moins pollué, moins bruyant, plus sécurisé et ne suis pas hostile a priori à l’idée que les centres des villes soient réservés aux livraisons, aux services et aux habitants de ces secteurs. Néanmoins, les décisions prises par l’Eurométropole de Strasbourg ne me paraissent pas abouties et laissent planer des incertitudes. Ma réflexion concerne essentiellement l’interdiction à terme des vignettes CRIT’AIR2, et la tentation de surenchère réglementaire par rapport à la loi établissant les ZFE.

ZFE eurométropole strasbourg calendrier
Le calendrier des interdictions dans la ZFE de l’Eurométropole de Strasbourg

CRIT’AIR2 : ne pénalisons pas les personnes âgées ou modestes

Le nombre réduit de voitures CRIT’AIR2 susceptibles de circuler dans l’Eurométropole de Strasbourg après 2028 justifie-t-il encore une interdiction ? Si l’on considère que la plupart des couples possédent deux voitures, l’une sera probablement aux normes et ils se serviront de celle-ci pour aller dans l’EMS. Parmi les rares  utilisateurs de  véhicules de  type CRIT’AIR2 en 2028, on trouvera des gens plutôt âgées  dont les rares déplacements concerneront essentiellement les professions libérales (médecins, etc.), des magasins spécialisés et les manifestations culturelles ; une autre catégorie concernera  les personnes modestes    qui n’ont pas les moyens de se procurer  un véhicule électrique trop cher malgré les primes.

En fait,  des personnes qui circuleront  finalement peu, surtout en ville,   et qui de surcroît répondent positivement au souhait écologique condamnant l’obsolescence programmée. D’un côté on nous invite à  faire réparer ordinateur, machine à laver, mixer ou cafetière, ce que je considère comme une  bonne chose,  de l’autre, on nous pousse à nous  débarrasser d’une  voiture souvent  en bon état de marche en surenchérissant sur la loi.  Ce raisonnement  semble difficilement acceptable.

Faciliter l’accès aux transports en commun dans la ZFE

Le réseau de transports en commun de l’Eurométropole de Strasbourg est proche de l’exemplarité ; néanmoins, pour accéder au tram, il faudra traverser une partie de la future zone « interdite »,  les parkings relais étant à l’intérieur de l’enceinte de la ZFE. Il conviendrait donc soit d’accorder des autorisations de circuler sur les voies qui mènent à ces parkings, soit de prolonger le réseau des trams aux extrémités de la cité, car le vélo ou un  bus d’approche  à faible cadencement ne sont  pas une solution pour toutes les personnes extérieures à l’Eurométropole de Strasbourg Et même si la desserte en tram semble satisfaisante, une femme seule  hésitera à rejoindre un parking isolé à 23h après l’opéra ou le cinéma; de même, une personne de la proche campagne à la mobilité difficile préfèrera-t-elle s’orienter vers  de petites villes pour la consultation de professionnels de santé ou  ses sorties culturelles.

On  pourrait  imaginer également  que les soirs,  les samedis ou les dimanches, ces restrictions soient partiellement levées ?

Gardons des axes libres pour traverser l’Eurométropole

ZFE Eurométropole Strasbourg périmètre
La ZFE couvre toute l’Eurométropole de Strasbourg hors quelques grands axes

A-t-on aussi pris en compte que si ces mesures se prenaient en l’état à l’échelle de toute l’Eurométropole de Strasbourg, un habitant de Pfulgriesheim ne possédant pas  le véhicule adéquat et voulant se rendre à Hoerdt serait contraint de  passer par Brumath au motif que Lampertheim et la zone commerciale attenante lui sont interdits à cause de la ZFE; qu’un habitant de Marlenheim, pour se rendre à Kehl, aurait  le choix – si l’on peut dire –  de passer par  le pont Pflimlin au sud ou  par Gambsheim et Achern au Nord. Où serait alors le bénéfice écologique ? Il apparaît clairement que dans chaque commune, un axe principal devrait être réservé pour conserver la liberté de circuler dans le département, car les routes ont été construites pour permettre les échanges, qu’ils soient individuels, économiques, locaux ou internationaux.

 Par ailleurs,  les routes dites départementales sont entretenues par la Collectivité Européenne d’Alsace  avec  les  impôts de tous les Alsaciens. La CeA devrait-elle refuser dès lors de subventionner  toutes les routes « privatisées » par l’Eurométropole ?

Enfin, si Strasbourg devait devenir une sorte de forteresse, avec en plus un GCO payant en entrée principale, il conviendrait alors de la débaptiser du joli et évocateur nom de Straßburg – le carrefour des routes- pour reprendre le nom plus cossu d’Argentoratum, une ville accessible uniquement aux « nantis » !

Jean-Daniel ZETER, Maire honoraire de Stutzheim-Offenheim, Vice-Président honoraire du Conseil Général du Bas-Rhin

Articles liés

Sprochrenner, en quête de l’unité culturelle alsacienne 
Course

Sprochrenner, en quête de l’unité culturelle alsacienne 

Du samedi 4 juin au lundi 6 juin 2022, le week-end de la Pentecôte, se tiendra la première édition de Sprochrenner, une course de relais qui aura lieu tous les deux ans, allant de Bâle à Wissembourg. Sprochrenner symbolise un élan de fraternité autour des valeurs culturelles de la région rhénane, notamment la langue.

Marcelle Cahn
MAMCS

Marcelle Cahn

Une rétrospective consacrée à Marcelle Cahn, peintre strasbourgeoise moderniste… et trop méconnue.

Bretzels d’Or 2021
Promotion de l'Alsace

Bretzels d’Or 2021

Après deux années blanches dues au Covid, la remise des sept Bretzels d’Or 2021 a pu avoir lieu « live » au Palais des Fêtes de Strasbourg.

Share This