Théâtre

Accueil 9 Bons Plans 9 « Ich wàrt uf de Theo » de Pierre Kretz
« Ich wàrt uf de Theo » de Pierre Kretz

Ich wàrt uf de Theo, la dernière pièce de Pierre Kretz, est déjà en librairie (Le Verger éditeur), et on vous en parle ici, mais après la création sur scène au TAPS à Neudorf (Strasbourg) fin 2023, la pièce poursuit sa tournée dans toute l’Alsace en 2024. A ne pas manquer!

Après Ich ben e beesi Frau, Pierre Kretz récidive avec Ich wàrt uf de Theo, un nouveau monologue où son personnage Sepp ressasse sa vie et les drames qui l’ont jalonnée. Avec en particulier la guerre d’Algérie qui a marqué au fer rouge la vie de beaucoup d’appelés comme Sepp. On ne vous en dit pas plus, venez découvrir ce nouveau chef d’oeuvre de Pierre Kretz en live sur scène! Le planning des représentations s ‘étale sur tout 2024 et sur toute l’Alsace: TAPS à Strasbourg, Tanzmatten à Sélestat, mais aussi Wissembourg, Erstein (musée Würth) ou encore Bischwiller et Illzach. Calendrier sur le site de la compagnie d’Olivier Chapelet

Ich wàrt uf de Theo a été créée le 22 novembre 2023 avec une mise en scène d’Olivier Chapelet au Théâtre TAPS dans sa salle du Scala à Neudorf. Spectacle joué dans le magnifique dialecte thannois de Françis Freyburger, déjà interprète de Ich ben e beesi Frau. Le spectacle est surtitré en français.

Francis Freyburger Pierre Kretz pièce Ich wàrt uf de Theo
Les complices : l’acteur Francis Freyburger et l’auteur Pierre Kretz lors de la première lecture de Ich wàrt uf de Theo au FEC en 2022 – photo: DR Alsace.news

Articles liés

Sprochrenner : le parcours 2024
Course relais

Sprochrenner : le parcours 2024

Sprochrenner 2024, ce sera 180 km du nord au sud de l’Alsace en traversant 65 communes en trois jours et demi du 17 au 20 mai 2024

Vins d’Alsace et Muses
Vins

Vins d’Alsace et Muses

Les vins d’Alsace font campagne. Mais pourquoi une pub aseptisée? Il y a mieux à faire…

Décentralisation : se faire entendre du Président
Décentralisation

Décentralisation : se faire entendre du Président

Faut-il se contenter d’en appeler à la raison et à l’intérêt bien compris des partis au pouvoir à Paris ? Faut-il (continuer à) ne pas faire de vagues pour ne pas être « mal vus » de l’Elysée et de ses conseillers tout puissants ?

Share This